Rencontres d’auteurs, derrière les murs de la prison.

De prison, il  en a été question dès le début de l’aventure. Aller par le livre derrière les murs, donner à voir le monde par l’écriture, y faire résonner les mots des autres, de ces auteurs qui savent eux comment accéder à l’intime et l’universel.

Rien n’est pareil derrière ces murs, tout est plus brut, plus à fleur de peau, sans filtre ni fausse pudeur. Du respect toujours, mais de la vérité comme rarement on trouve, empêtrés que nous sommes dans les convenances et les apparats.

Ils sont plusieurs à être venus discuter avec eux, au Mans, à Metz, Nancy ou Strasbourg. Certains ont livré des textes dans lesquels l’émotion est vive.

Un soir de décembre 2019, nous avons réuni quatre auteurs- ils devaient être sept, les grèves en ont décidé autrement- qui ont franchi les murs pour qu’ils dévoilent un peu de cette expérience.

Ils ne savaient pas que l’on parlerait de cela ce soir-là, nous voulions que l’émotion soit, comme derrière les murs, à vif et sans y penser au préalable.

Voici cette discussion sur le fil sans retouche ni coupe. 

Dans les locaux de la SGDL, vendredi 13 décembre 2019

Avec la participation de Caroline Laurent, Gilles Marchand, Pascal Manoukian, Sébastien Spitzer (et, à distance : Jean-Baptiste Andrea, Odile d’Oultremont, Pierre Théobald).

Animation : Charlotte Milandri / Captation vidéo : Benoît Lacoste.