Les Tourmentés de Lucas Belvaux

Les Tourmentés est le premier roman du réalisateur et scénariste Lucas Belvaux, paru aux chez Alma éditeur.

Résumé

Dix ans que les deux hommes s’étaient perdus de vue et puis, d’un coup, ils se retrouvaient au détour d’une rue, face à face. Le hasard, paraît-il, fait bien les choses. S’il s’agissait de lui, il aurait mieux fait ce jour-là de se mêler de ce qui le regardait, mais il n’y était pour rien. Skender le comprendrait bientôt, ce n’est pas le hasard qui avait mis Max et Madame sur son chemin.

Il le comprendrait bientôt

A vos chroniques, avis, retours de lecture ! En commentaire dites-nous ce qui a vous a enthousiasmé.e, perdu.e, ce qui a fait battre -ou non- votre coeur de lecteur / lectrice ! Si vous avez rédigé un article de blog n’hésitez pas à mettre le lien de celui-ci aussi 🙂

Publicité

4 commentaires sur “Les Tourmentés de Lucas Belvaux

Ajouter un commentaire

  1. 1er roman de Lucas Delvaux, acteur, réalisateur et scénariste : pour un coup d’essai, c’est un coup de maître

    Un trio : 2 hommes, une femme
    Skender
    Madame
    Max

    Non non, ça n’est pas du tout ce que vous pensez :  » ça y est encore cette histoire rabattue : le mari, la femme et l’amant « .
    Mais que vous êtes traditionnels ! Ça n’a rien à voir !
    Non, là nous avons affaire à un trio complètement inédit :
    Skender, un ancien légionnaire traumatisé par les horreursrencontréesde par son métier, épuisé, en proie à des cauchemars récurrents, incapable de se réinsérer socialement, incapable de rendre heureux sa femme et ses enfants, ni d’assurer leurs besoins quotidiens .
    Madame, une chasseresse, très très riche, veuve d’un homme qu’elle haïssait , son plaisir c’ est traquer le gibier . Ses amours: ses chiens. Un ami : Max, un ancien légionnaire lui aussi, qui lui est complètement dévoué. C’est aussi un ami de Skender.

    Tous les 3 vont se retrouver liés autour d’un contrat établi par Madame qui, lasse de traquer chevreuils, renards , buffles et autre animaux, décide de se lancer un défi pour satisfaire un besoin viscéral et ardent : s’offrir une chasse à l’homme.

    Et la proie sera : Skender. A une condition : Skender à besoin de se racheter auprès de sa femme et de ses enfants.
    Madame va s’engager à leur verser une très très grosse somme d’argent et leur assurera ainsi un avenir délivré de tout souci pécunier.

    Vous avez le scénario, il ne vous reste plus qu’à vous plonger dans cette histoire hors du commun.
    C’est addictif, haletant comme si vous couriez avec eux dans les bois.
    C’est aussi d’une très grande finesse psychologique.
    Un roman marquant, pas seulement par l’histoire dans laquelle il nous entraîne mais aussi par la nervosité et la beauté de l’écriture
    Une réflexion toute personnelle :
    Autant j’ai pu m’identifier aux 2 personnages masculins par certains côté, autant impossible de le faire en ce qui concerne Madame, tellement son projet est aberrant pour moi.
    C’est d’ailleurs voulu par l’auteur, comment voulez-vous que l’on s’attache à un personnage qui s’appelle Madame !

    PS ne vous inquiétez pas, le thème du livre est effrayant, mais vous n’en sortirez pas avec le moral dans les chaussettes, le livre reste optimiste.

    J’aime

  2. Soit trois personnages principaux : une femme aussi riche qu’énigmatique ; son homme de confiance ; un ancien légionnaire clochardisé ; le second approche le dernier avec qui il a partagé la vie militaire et lui propose de devenir le gibier de la première, dans le droit-fil du film des années 30 « les chasses du comte Zaroff » : une chasse à l’homme à l’issue de laquelle, si l’ex-légionnaire s’en tire vivant, il recevra une somme qui mettra sa famille à l’abri du besoin.
    Ce roman et est un bonheur de lecture, organisé en chapitres brefs et nerveux, proposant alternativement les points de la chasseresse, de l’entremetteur, de l’objet de la chasse et de sa famille.
    L’auteur ne s’appesantit pas sur les motivations de l’effroyable transaction et celles des personnages restent largement énigmatiques, ce qui rend l’ensemble d’autant plus audacieux.
    C’est illustré sans être démonstratif, cinématographique juste ce qu’il faut pour rendre la lecture palpitante et donner envie de lire la page suivante. Au final, ni rien ni personne n’est à juger dans ce marché cynique et immoral, reste un incroyable scénario et un premier roman au-delà du réussi.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site Web propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :