MES PREMIÈRES 68 : PAROLES D’AUTEURE ET DE LECTEURS – ESTELLE-SARAH BULLE, LES FANTÔMES D’ISSA

Pour ce nouveau rendez-vous jeunesse, nous vous invitons à rencontrer Estelle-Sarah Bulle, une auteure qui n’est pas inconnue du public adulte car elle a publié un très beau premier roman en 2018, Là où les chiens aboient par la queue (Liana Levi). Pour son premier roman en littérature jeunesse publié à L’Ecole des Loisirs et sélectionné dans notre catégorie 13 ans et plus, Estelle-Sarah Bulle traite avec justesse le sujet de la culpabilité à hauteur d’enfant à travers une héroïne attachante et vive. Rencontre avec Estelle-Sarah Bulle…

EstelleSarahBulle

 

Estelle-Sarah, raconte nous…

La première fois que tu as eu envie d’écrire une histoire ? Je devais avoir huit ou neuf ans, je m’ennuyais alors je me parlais toute seule. J’inventais des histoires dans ma tête à partir de rien : un mot, un son, une image…

Le premier personnage que tu as inventé ? Ouh là ! Je ne m’en souviens plus trop ! Disons que j’ai dû m’inventer un peu moi-même parce qu’à partir de 11 ou 12 ans, je tenais un journal intime où je racontais les petites péripéties de mes journées! J’étais l’héroïne de mon journal intime et je me suis sans doute parfois prêté des qualités que je n’avais pas en réalité.

La première fois que tu as eu ton livre en mains ? C’était merveilleux bien sûr. J’ai découvert la couverture d’abord, que je n’avais vu qu’en projet. J’en étais ravie. Et puis le livre fini, pouvoir le feuilleter, c’est à la fois étrange et très satisfaisant. Tout à coup, l’histoire que vous aviez en vous devient une histoire extérieure, qui n’existe pas seulement dans votre imagination, qui va vivre sa propre vie. On se sent un peu gênée et en même temps très excitée !

La première fois que tu as rencontré tes lecteurs.rices ? Pour Les Fantômes d’Issa, c’était lors d’une présentation organisée par L’école des loisirs et destinée à des journalistes et des lecteurs. Il y avait tous les âges. Je me suis aperçue que les adultes adoraient la littérature jeunesse. Et j’étais contente de rencontrer des lecteurs qui avaient à peu près le même âge que mon héroïne, Issa, et qui avaient apprécié mon roman. Ça fait vraiment chaud au cœur de se dire qu’on a réussi à entraîner des lecteurs de tous âges dans les aventures qu’on a imaginées !

Raconte-nous un souvenir de première fois en littérature (jeunesse ou non !) : Quand j’étais petite, j’avais adoré La petite Fadette, de George Sand. D’abord parce que c’était l’histoire d’une petite fille qu’on accusait injustement d’être une sorcière, ensuite parce que ça se passait à la campagne, dans une campagne qui me fascinait pour son côté un peu menaçant. Et puis l’autrice, George Sand, utilisait des mots de vieux français, un peu mystérieux. Je ne me suis jamais tout à fait remise de cette lecture. Il en reste peut-être un tout petit quelque chose dans Les fantômes d’Issa.

Qu’as-tu envie de dire aux lecteurs et lectrices de Mes premières 68 qui tiennent ton livre en mains pour la première fois ? J’espère que vous allez vous amuser, être émus, sourire…Et que vous aurez de la compréhension pour les drôles de pensées qui passent par la tête d’Issa. Bonne lecture !

 

IMG_3353

 

Et qu’en pensent les premiers lecteurs ?

Léa : J’ai adoré ce livre, c’est très touchant. J’ai beaucoup apprécié le retournement de situation. Mon personnage préféré est Issa, c’est une jeune fille délicate et sensible.

Anouck : L’histoire est intéressante avec des retournements de situation divers, Issa est très attachante et on s’identifie très bien à elle. Dès qu’on prend connaissance de ses « fantômes » on a envie de savoir ce qui s’est passé, comment tout ça va se résoudre donc on en décroche difficilement. J’ai eu un peu de mal avec le style parfois mais ça reste une super lecture !

Fanny : « Issa a des cauchemars qui la hantent, sans cesse. Face à cette douleur qu’elle ne peut partager avec personne, elle écrit pour se décharger, pour évacuer. Mais de quoi rêve-t-elle au juste? D’un fait qui s’est passé il y a longtemps et qu’elle a enfoui au plus profond d’elle-même. Au fil des jours, Issa raconte le passé et le présent, ses rencontres qui pourront la soulager. En abordant la culpabilité ressentie à un très jeune âge, Estelle-Sarah Bulle offre un sujet délicat mais maitrisé pour un livre destiné aux plus jeunes. Issa face à ses démons et ses peurs nous apparait sincère et fragile, elle ose se livrer avec ses failles sans détours. » Chronique complète sur le blog.

Camille : « J’ai bien aimé cette histoire, que j’ai trouvée intéressante et prenante, même si je ne me suis pas identifiée à l’héroïne. Je suis rentrée facilement dans ce livre et j’ai trouvé qu’il allait crescendo, jusqu’à une fin surprenante ! »

Isabelle : « Court roman marquant, subtil et poignant, sur les blessures enfouies de l’enfance, les dégâts des culpabilités injustifiées. Mais aussi sur la puissance cathartique de l’écrit, dans un journal ou à travers des lectures salvatrices. J’ai beaucoup aimé ce livre, qui a su me ravir, me surprendre, me toucher. J’aime ces romans qui voient les personnages évoluer loin du manichéisme facile. ». Chronique complète sur le blog.

Alma :

Issa Alma

Audrey : « Ce roman jeunesse m’a touchée. Son héroïne surtout… Issa est une jeune adolescente qui se mure dans le silence. Elle cache aux yeux de tous une histoire qui la ronge et l’empêche de vivre une vie joyeuse. Enfermée dans son secret, elle n’imagine pas d’issue… Ce roman, bien écrit, rythmé et au ton léger, traite de sujets importants : la culpabilité, le silence, l’amitié et la confiance. Il évoque aussi tout en finesse la place importante de la parole comme solution à ses tourments. Être entouré, avoir confiance en l’autre, s’ouvrir… Autant de thèmes croisés au quotidien dans la vie de nos adolescents… Une lecture nécessaire et utile en somme… ». Chronique complète sur le blog.

Émilie : « Une déception pour ma part concernant ce roman jeunesse au vu de la quatrième de couverture. Je m’attendais à plus. L’auteure cerne avec efficacité la culpabilité de l’héroïne. L’amitié est au centre de cette histoire. Mais pour moi, cela est resté plat. Je suis sans doute passée à côté de ce court roman. Dommage… ». Chronique complète sur le blog.

Lilou : « J’ai bien aimé l’histoire malgré quelques longueurs, l’intrigue m’a fait penser à L’affaire Jennifer Jones de Anne Cassidy. »

Delphine : « Durant l’adolescence, on a l’impression de détenir des secrets qui peuvent changer la face du monde alors on a recours à son journal et en grandissant, en parlant avec ses camarades on se rend compte que ce qu’on avait imaginé insurmontable n’était qu’en fait un simple incident de parcours. J’ai trouvé très inquiétant ce premier lieu de vie, envahi par des pommes (doit-on y voir une évocation du fruit interdit ?). C’est un roman intéressant sur la valeur qu’on donne aux secrets, aux non-dits, mais la puissance n’est pas au rendez-vous à mon goût. »

Claire : « Je trouve la couverture du livre attrayante. L’auteure a une écriture fluide et le livre se lit bien et d’une traite. À la fin du livre, il y a un rebondissement qui nous fait comprendre l’histoire. L’auteure a écrit sur la culpabilité. Comment on vit avec et comment ça peut nuire. On s’identifie à Issa et on souffre avec elle. »

Emmanuel : « ‘J’avais envie de les serrer tous les deux contre moi, là, devant la grille du collège. Je réalisais que j’avais de vrais amis.’ Ah l’amitié adolescente on pourrait écrire tellement de choses dessus. Me voilà donc refermant l’histoire d’Issa, une ado tourmentée. Personnellement je ressors mitigé de ce récit, une belle histoire mais avec une fin qui m’aura laissé pantois et une légère déception. J’ai, par contre, particulièrement apprécié l’écriture des personnages secondaires : coucou Belzun ! Finalement je suis sûrement passé à côté de ce roman mais je suis persuadé que beaucoup adoreront se promener à Luzarches. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s