MES PREMIÈRES 68 : PAROLES D’AUTEUR ET DE LECTEURS – MAXIME GILLIO, SUPER-HÉROS, TOME 1 : ORIGINES

Aujourd’hui place aux plus jeunes et à la catégorie 9-12 ans ! Maxime Gillio est l’auteur de nombreux romans policiers pour adultes, mais Super Héros est sa première incursion en jeunesse. Et ça commence fort avec ce premier volet des aventures de Sam et des autres enfants qui ont intégré Le Repaire, une école pour enfants aux dons extraordinaires. Une aventure fantastique trépidante qui n’a rien à envier aux BD et aux films de super-héros célèbres, et qui compte déjà des fans parmi les enfants de Mes premières 68. Bonne nouvelle pour eux : le tome 2 paraît le 15 avril ! Maxime Gillio a répondu à nos questions autour des premières fois, merci à lui !

 

                       Crédit photo @Dorinne Johnson

 

Maxime, raconte nous…

La première fois que tu as eu envie d’écrire une histoire ? Je serais incapable de vous dire avec précision. Ça va faire très cliché, mais d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours inventé des histoires, parce que j’étais plongé dans les livres, et je n’avais pas des masses d’amis. Je me souviens qu’en primaire, certains camarades me parlaient des films qui passaient à la télé la veille. À l’époque, je n’avais pas le droit de regarder la télé le soir (encore heureux) car j’étais très jeune, mais je me souviens que ça me gonflait tellement de les entendre parler de films que je n’avais pas vus que je me mêlais à leurs discussions avec aplomb et que je racontais ces mêmes films, que je n’avais pourtant pas vus ! Je les réinventais, uniquement à partir de la bande-annonce diffusée en journée. Ce qui me permettait de faire le tri parmi mes copains mythos, quand j’en voyais qui approuvaient à mes histoires. Ça voulait dire qu’ils ne les avaient pas vus non plus !

Le premier personnage que tu as inventé ? Je me souviens que quand j’avais 13, 14 ans, je faisais du baby-sitting avec deux garçons que je devais garder. Ils avaient des jouets Transformers, alors que moi, je n’en avais jamais eu, et j’étais très jaloux. Du coup, je leur avais inventé une histoire, que je dessinais devant leurs yeux émerveillés (enfin, je me plais à croire qu’ils l’étaient…) Je me souviens du nom du héros : Biomax (n’oublions pas, pour la référence, que je suis né au milieu des années 1970). Déjà, à l’époque, je voulais être dessinateur de comics. La suite en a décidé autrement.

La première fois que tu as eu ton livre en mains ? Je l’ai tout de suite offert à mon fils Antoine. C’est en partie pour lui que je l’ai écrit (il lui est d’ailleurs dédicacé), et il était important qu’il ait le premier exemplaire. Il l’a lu quatre ou cinq fois et harcèle sa prof de français au collège pour qu’elle l’étudie en classe.

La première fois que tu as rencontré tes lecteurs et lectrices ? J’ai écrit près d’une douzaine de romans pour les adultes avant de m’attaquer à la jeunesse. J’ai donc fait pas mal de salons ces dernières années, mais avec les plus jeunes, c’est très marrant et touchant : ils sont timides, n’osent pas me parler (sans doute parce que je suis un grand barbu ténébreux) et ils demandent souvent à leurs parents de venir me voir à leur place. J’espère juste qu’on va apprendre à se connaître et que bientôt, les lecteurs du tome 1 reviendront me voir pour me parler de leur lecture, me dire quel est leur personnage préféré, et accessoirement me prendre le tome 2 !

Raconte-nous un souvenir de première fois en littérature (jeunesse ou non !) : Comme je suis un dessinateur frustré (j’aurais adoré être illustrateur), j’ai des centaines de BD à la maison, et suis très exigeant sur la qualité des albums que je lis. Du coup, j’étais pressé, et en même temps inquiet, de découvrir la couverture de Super-Héros. J’avais tellement peur d’être déçu. Mais quand j’ai reçu les premiers essais d’Oriol Vidal, l’illustrateur, j’étais comme un gamin qui voit le père Noël. C’était exactement ce que j’espérais ! Du coup, ça m’a donné envie d’écrire la suite encore plus vite.

Qu’as-tu envie de dire aux lecteurs et lectrices de Mes premières 68 qui tiennent ton livre en mains pour la première fois ? Jeunes gens, j’ai pris un plaisir phénoménal à me replonger dans mon enfance et mon adolescence pour vous raconter cette histoire. Sachez qu’il y aura au moins trois tomes de Super-Héros, mais qu’il ne tient qu’à vous, si vous avez aimé le premier, qu’il y en ait encore plus par la suite. En tout cas, moi, j’ai très envie de continuer à raconter les aventures de Sam, Shugon et tous leurs amis.

ψ φ ψ φ ψ

Et qu’en pensent les premiers lecteurs…

Louise :

Louise

 

Coline : Ce livre est génial car je trouve qu’il y a beaucoup d’action et que c’est dans un univers magique. S’il y a une suite je la lirai avec plaisir. Mon personnage préféré est Zoé car elle est douce et attentive envers les autres et aussi car je trouve que son pouvoir est très original.

Julie et sa fille Lou : Je découvre Maxime Gillio avec son dernier roman jeunesse alors qu’il a une bibliographie plutôt bien fournie, il me faudra aller jeter un œil à ses autres livres. Dans celui-ci nous faisons donc la connaissance de Sam, un adolescent orphelin muet depuis le décès de ses parents et élevé par son oncle et sa tante. Sam a en plus une particularité, il est doté d’un super pourvoir, il peut dessiner l’avenir lorsqu’il subit une émotion violente. Pour pouvoir mieux vivre son don, il va se retrouver au Repaire, une école pour des jeunes comme lui dirigée par Mme Smith afin que ces adolescents ne soient pas stigmatisés dans la vie classique. Ils apprennent à mieux maitriser leur don. Sam va alors faire la connaissance de Victor qui peut parler toutes les langues et langages, Zoé pouvant donner à son corps les propriétés de n’importe quelle matière, Julie qui transforme en énergie les déchets qu’elle désintègre, Shugon pouvant se démultiplier et Farès ayant le don de se transformer en animal. L’auteur nous plonge dans le monde des super-héros avec tous les ingrédients nécessaires, des supers pouvoirs, du suspens, de l’amitié, de la rivalité! Un Marvel ou un X-Men adapté aux plus jeunes. Nous avons lu ce roman jeunesse un peu chaque soir avec Mademoiselle L. et je peux d’ores et déjà vous dire que ma fille l’a adoré et qu’il était compliqué de s’arrêter de lire. Elle n’avait qu’une envie, connaitre la suite et désormais elle attend le tome 2 avec impatience.

Le dessin de Lou : Lou

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s