Dans les coulisses de la sélection…

Que se passe-t-il avant d’arriver à la publication d’une jolie mosaïque représentant les titres choisis pour la nouvelle sélection ? Comment s’organisent les lectures ? Le vote est-il démocratique ou un pouvoir autoritaire impose-t-il ses goûts ? Qu’est-ce qui motive le choix d’un roman plutôt qu’un autre ? Vous mourrez d’envie de le savoir ? Vous aimeriez être une petite souris pour espionner les tractations ? Installez-vous, on vous dit tout (ou presque)…

Keep calm and read books

Comme souvent chez les 68 premières fois, ça commence par un tableau. Il faut bien faire une liste de nos futures lectures et recenser les premiers romans à paraître. Chacun y va de sa petite contribution : éplucher les programmes des éditeurs, se faire prêter le dossier Rentrée de Livres Hebdo, aller à la pêche aux infos, intercepter les posts des éditeurs et des attachés de presse sur les réseaux sociaux. Ça c’est pour les lignes. Et le problème c’est qu’il y en a de plus en plus, des lignes. De 68 en 2015 on est passé à 94 en septembre 2018 et encore 77 en janvier 2019. Et de peur de nous ennuyer, on a décidé de suivre aussi les deuxièmes romans, histoire de ne pas perdre de vue les anciennes promotions. Bref, voilà pour les lignes. A présent, les colonnes. Il y en a 7. Un nombre impair, c’est mieux pour trancher. Sept lectrices curieuses,  insatiables, impitoyables. Un seul mot d’ordre : le plaisir. Un seul ennemi : l’ennui. Une règle : chaque livre doit être lu par au moins 3 des membres du comité de sélection. Ces 3 premières lectures peuvent décider rapidement de son sort en cas d’unanimité dans un sens comme dans l’autre. On va dire que pour un tiers des livres du tableau, c’est ainsi que ça se joue. En principe. Parce qu’on a déjà vu des livres a priori envoyés au tapis se relever de leurs cendres…

Il se peut que certaines lignes du tableau ne soient jamais remplies tout simplement parce que les livres ne nous parviennent pas. Ils sont peu nombreux, mais il arrive que des éditeurs ne répondent pas à nos sollicitations de services de presse. Concentrons nous plutôt sur ceux qui arrivent, ce sont les plus nombreux et il y a de quoi nous occuper. On en prend pour trois mois de lecture intensive. Décembre à février puis juin à août. Il faut tenir le rythme, ne pas faiblir. Parfois, les coups de cœur arrivent tout de suite et donnent de l’énergie pour continuer. Parfois, c’est l’inverse. La déprime guette, le désespoir s’installe, les « pourquoi pas » s’empilent dans un tableau qui se désole. On tente de se remotiver lors de notre réunion permanente sur Messenger. Chacune ses méthodes. Se faire un polar. Retrouver son écrivain favori. Aller respirer. Caresser son chat. La recherche de pépites, c’est exténuant.

Ça lit en Dordogne, à Lyon, au Mans, à Tours, à Boulogne et même à L’île Maurice (merci le numérique) et ça délibère sur Messenger. Mais attention, les engouements n’ont rien de virtuel. Les arguments sont affutés. La colère peut s’en mêler. On a entendu des menaces de démission. Des tentatives de corruption. Certaine n’a pas hésité à mener une véritable guérilla (les initiés apprécieront). Les alliances se font et se défont, au gré des circonstances. Associées un jour, adversaires le lendemain. On se réconcilie par la grâce d’une lecture qui soudain fait l’unanimité. Et on ne lâche rien avant que la mosaïque ne prenne la forme idéale.

Approved

Vient ensuite le moment de la récolte des exemplaires. Certaines histoires s’arrêtent là lorsqu’un éditeur ne souhaite pas participer. C’est rare, mais ça arrive. Les facteurs ont néanmoins de quoi faire, les paquets s’entassent chaque jour dans la boîte des 68 premières fois. Il y aura encore pas mal de manutention, des enveloppes, des petits mots, une camionnette pour transporter tout ça vers la poste. Et puis c’est un autre tableau qui prend le relais, de nouvelles cases, de nouvelles couleurs, de nouveaux voyages. La sélection appartient désormais aux lecteurs et nous… on prend des forces pour la suivante.

 

P.S. Pour les livres, l’expérience n’est pas non plus de tout repos. Et c’est un livre qui le raconte dans une précédente interview.

 

8 réflexions sur “Dans les coulisses de la sélection…

  1. Katie dit :

     « Des tentatives de corruption »
    😂 ah oui je les imagine bien ces tentatives et ces « guerilllas » : pourvu qu’elles continuent pour notre plus grand bonheur de lecteurs et lectrices des 68premieresfois 😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s