Les parapluies d’Erik Satie – Stéphanie Kalfon

Une plume qui ne laisse pas insensible, au service d’un propos qui valorise la créativité et l’affirmation de soi, de ses différences. « Un roman que l’on garde à côté de soi juste pour se rappeler qu’il est nécessaire de ne jamais ressembler à ces doublures que le monde nous dresse, ne jamais rentrer dans ces cases que l’on étiquette et qu’il est essentiel, vital de vivre dans la créativité que l’on souhaite mener, dans cette oxygène qu’est la vie. » nous dit joliment Sabine (voir son billet de blog)

les-parapluies-d-erik-satie

« Il est des livres que l’on dévore, engloutissant les pages sans pouvoir s’arrêter, dans une boulimie qui ne trouve de satiété qu’à la lecture du dernier mot. Il en est d’autres, que l’on savoure, que l’on déguste mot par mot, avec de toutes petites bouchées, pour en garder le goût encore plus longtemps. J’ai lu Les Parapluies comme on lit une partition, par petites touches noires et blanches. J’ai lu Les Parapluies comme on savoure un recueil de poèmes, à chaque jour son rêve, son humeur, son émotion. J’ai lu Les Parapluies comme on apprécie une boîte de chocolat, une gourmandise après l’autre, doucement mais avec l’irrépressible envie d’aller jusqu’au bout.
Les parapluies d’Erik Satie font partie de ces textes, dont on aime se répéter les mots encore et encore, bien longtemps après que le livre est refermé. Et même quand les lettres s’effacent, il persiste une sensation de rêverie un peu mélancolique et attendrissante, ainsi qu’une grande envie de s’extraire des cases, de courir après la liberté, de rencontrer tous les Satie du monde. Un malaise aussi ? Possible, oui, possible…
L’humour, l’ironie, le vertige, l’ivresse, la folie, la tristesse d’un homme venu au monde très jeune dans un monde très vieux, précurseur désespérément incompris par ses contemporains, font de Satie un personnage très attachant, oscillant entre l’absurde complet et la profonde lucidité. Comme le gardien de phare qui l’éteint pour sauver les oiseaux, Satie garde ses 14 parapluies noirs à l’abri pour les protéger de la pluie. Absurde ? Et si on voyait les choses d’un autre œil, le temps de ce roman. L’œil d’un homme qui toute sa vie souhaita rester un être sans lendemain, sans règle, sans principe, sans raison … rester libre ? Ou s’égarer ? » – Elise Ribot
erik-satie
« Possible, oui possible que la cohorte des 68 premières fois retienne ce premier roman comme l’un des meilleurs de ce 1er semestre 2017. Sure ! I bet on it with everyone! Il en reste cependant 25/30 à lire mais celui-ci inaugure une saison à la hauteur des espérances. Un régal ! Une prouesse! Voilà un récit romancé où alternent des voix diverses, des mélodies inachevées, des variations silencieuses dans ce portrait mélancolique du musicien écossais, mort dans le dénuement le plus total, rue Cauchy au 2e étage d’une chambre froide à Arcueil («qui rime avec cercueil ») seul, abandonné de tous avec ses 14 parapluies noirs, ses 2 pianos, et des tonnes de partitions. Se dégage une atmosphère particulière, un brin de folie, des voies de traverse pour capter l’artiste et son temps, sa vie d’homme plus que son œuvre, sa trajectoire plus que sa musique dans un Paris mythifié de la fin du dix-neuvième siècle où «les artistes sont devenus des gens de métier et les amateurs, des artistes». Un peu comme à notre époque, donc… «C’est tout un art de marquer les mémoires d’une encre effaçable» celle de Satie, pour le commun des mortels n’existe pas ou nous est inconnue or, l’auteur réussit habilement, magistralement, à nous en dévoiler les contours, à faire corps (et âme) avec son personnage, à le rendre vivant ; ô combien… Egaré dans une époque riche en bouleversements artistiques, aux côtés de Man Ray, Max Jacob, Debussy, Darius Milhaud ou Cocteau qui dira de lui à sa mort : «sa musique est un aspect de la conscience moderne, traduite en sens», la vie de Satie démarre plutôt mal. Il n’a que 5 ans, en 1865 quand sa petite sœur Diane meurt devant lui en présence de sa mère qui elle, mourra 6 ans plus tard. Puis sa grand-mère, Granny, tombée de sa fenêtre, se suicide à Honfleur. A 14 ans, jugé trop dilettante, on le renvoie de l’école de musique, l’année même où Louise Michel est condamnée. Le jeune homme poursuit sa vie d’une tristesse logée au fond d’un malentendu insoluble entre lui et son siècle, marqué par les deuils successifs avec pour corollaire la solitude qui s’immisce, pénètre son existence pour ne faire qu’Un avec lui-même, jusqu’à sa mort en 1925. Raconté comme ça, le livre peut faire peur, rebuter. Eh bien non, lisez-le! ayez de la sympathie envers la tristesse, emparez-vous de cette remarquable écriture en profonde osmose avec son modèle ; laissez-vous bercer par le jeu du «JE» qui parle (en italique) celle de Satie, l’auteur elle-même ? par l’alternance de chapitres qui soumettent à notre réflexion des questions existentielles sur le sens d’une vie «Un homme qui sait se rendre heureux avec une simple illusion est infiniment plus malin que celui qui se désespère avec la réalité » Satie est entré dans sa tonalité grâce à Stephanie Kalfon, avec maestria. » – Cécile Rol-Tanguy
                                                                  _______________
Lire également les billets de Joëlle, Charlotte, Héliéna, Henri-Charles
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s