Edition Hiver 2017 : c’est parti !

Une rentrée bien téméraire des 68 se profile pendant laquelle nous, les passeurs allons juste marcher tout droit, jusqu’à l’outre-mère et effeuiller la marguerite, presque ensemble, au rythme d’une sonate oubliée à l’abri des parapluies d’Erik Satie. Nous soulèverons sans doute mon ciel et ma terre et parlerons aux inconnus (bien que ce soit déconseillé) qui votent en principe : sans suspension. Signé : Marx et la Poupée.

Merci à Cécile Rol-Tanguy, l’une des cinquante personnes engagées sur cette session de nous offrir cette superbe présentation du premier volet de la sélection Hiver 2017. Décidément, nos lecteurs ont bien du talent !

Parmi la riche production de la rentrée d’hiver (encore plus de 60 premiers romans étaient annoncés), ces douze là nous ont particulièrement touchées. Ils devraient être rejoints par quelques autres titres dont les parutions interviennent un peu plus tard et que nous continuons à lire, à la recherche d’autres pépites à vous faire partager. En attendant, ceux-ci commencent à voyager dès à présent.

68_selection-hiver-2017_1

Certains lecteurs ont déjà pris un peu d’avance dans l’exploration de la sélection. « D’où me vient le paradoxal mélange de joie, de mélancolie et de réconfort ressenti à la lecture du roman de Sandra Reinflet ? » s’interroge Sophie Gauthier encore sous le charme de Ne parle pas aux inconnus« Marjorie Philibert, brosse le portrait d’une génération qui se cherche sans jamais se trouver… » analyse Henri-Charles Dahlem après sa lecture de Presque ensemble ; Pour Amandine Cirez,  » La téméraire est un roman réellement bouleversant, dont on ne ressort pas indemne »; La lecture de La sonate oubliée a provoqué un drôle d’effet sur Elise Ribot : « J’ai eu tout à la fois envie d’apprendre l’italien et le violoncelle, de prendre un billet pour Venise ou d’écouter l’intégrale des œuvres de Vivaldi ». Nicole a vécu un moment d’émotion majuscule avec Nous, les passeurs ; Dominique s’est plongée avec intérêt dans les multiples questionnements proposés par Principe de suspension sur le couple mais également les petits patrons ; « C’est pour tomber sur ce genre de divine surprise que je lis des livres ! » s’exclame Delphine Depras dans sa chronique de Marx et la poupée  ; Charlotte ne cache pas son enthousiasme pour Les parapluies d’Erik Satie : « C’est un cri lumineux, jamais sombre là où pourtant le destin n’était pas tendre ; il est fiévreux et passionné ce roman ; servi par une plume affutée et ambitieuse. » ;  La belle figure de Marguerite a séduit Dominique ; Nicole n’avait pas du tout envie de quitter Alice, la petite héroïne de Elle voulait juste marcher tout droit ; elle s’est également laissé séduire par le personnage de mère indigne mais fantasque de Mon ciel et ma terre ; il est aussi question de mère dans Outre-mère, de secrets de famille et d’une nécessaire quête de vérité.

68_envois-hiver-2017

Ce n’est que le début, les lecteurs commencent à recevoir les livres envoyés la semaine dernière grâce à la collaboration enthousiaste et pleine d’envie des éditeurs. Qu’ils en soient ici remerciés une nouvelle fois !

A suivre donc.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s