Aller-retour, par Rachel Khan

Après Anne Collongues, c’est au tour de Rachel Khan de nous raconter avec émotion et finesse sa rencontre avec les détenus de la Maison d’arrêt de Nancy qui ont choisi son livre parmi les 5 proposés, le 10 janvier dernier.

Il y a quelques mois, les 68 premières fois m’ont annoncé que Les grandes et les petites choses iraient en prison, parmi 5 premiers romans sélectionnés.  A ce moment là, je me disais mais où s’arrêteront-elles dans leur générosité, d’amour des mots, d’humanité et de justesse. Et puis un jour et pas n’importe lequel, un jour où pour des raisons professionnelles je devais rencontrer un fournisseur de tissus, ce jour où le grand-père de mon roman qui n’est pas sans rappeler le mien, tailleur lui aussi, était fortement présent dans mon esprit au milieu de l’atelier de confection, L’insatiable Charlotte m’envoie un message : « Votre roman a reçu la majorité des suffrages au centre pénitentiaire de Nancy».

Branle bas de combat interne, les échantillons de tissus qui changent de couleurs, larmes qui viennent s’échouer dessus, chiffon, honte, « pardon, pardon », « tout va bien Mademoiselle » ? Verre d’eau.

photo-rk-sabine

J’ai voulu ce roman décalé, une narration presque enfantine, à la limite de la correction niveau syntaxe, une sorte de pied de nez tout en célébrant la littérature dans ce qu’elle a à transmettre aujourd’hui. J’ai écrit dans un désir de liberté de pouvoir m’adresser à tous, quel que soit le milieu, la « raison sociale » comme ont dit, l’âge, le sexe, l’histoire … mais j’avais quand même un autre objectif précis : notre jeunesse, les lycéens, les femmes et les hommes en construction. Leur délivrer des messages à eux, tenter de leur transmettre l’envie de lire aussi, qu’ils tournent les pages comme ils mangent, marchent ou courent. Et puis, entre les lignes, avec un langage au plus proche d’un ressenti d’adolescente dont je me souvenais, leur parler  de leur rage, d’intolérance, d’injustice et d’absence de liberté que l’on s’impose, donc de l’obligation urgente de faire des priorités : savoir vivre avec soi avant tout, avant d’aborder ce qu’on nous rabâche, et qui n’a plus de sens, le fameux « vivre ensemble ».

Alors, que ce public qui a un rapport si singulier à la justice et à la liberté, les détenus choisissent ce roman … pas de mot.

D’humeur « toujours partante » : « Bien sûr je suis d’accord pour venir à la prison en décembre ». « Ah ok, janvier ? » « Bien sûr, je suis d’accord pour le 10 janvier ». « Bien sûr que je suis d’accord pour un atelier et de rester toute la journée ».

Et la vie reprend. J’oublie un peu ne me souvenant même plus très bien de la date.

C’est alors que juste avant les fêtes, je reçois, par l’intermédiaire de la responsable de la médiathèque de la ville un courrier d’un certain Maxel. Une lettre manuscrite. Je ne me permettrais pas d’en donner ici les détails, il a tout compris de ce que je cherchais à faire. Mais l’important, c’est que Monsieur Maxell a fini mon livre le jour où il a appris sa date de sortie. Nous ne nous rencontrerons pas, mais je crois que l’excuse est valable.

Les fêtes se passent, on se souhaite plein de jolies choses, on mange, on mange… Ca, oui, pour l’abondance on est bon, reste la transcendance, ça va venir.

La date du 10 janvier approche, mais je n’arrive pas à me mettre à la préparation de l’atelier.  Chaque jour, je repousse. Mon inconscient doit me jouer un tour, c’est certain. Ce n’est que la veille au soir que je réfléchis et regarde les différentes formes d’ateliers potentiels. Mais les formats classiques ne sonnent pas juste. Bon, ce n’est pas grave, on va improviser. Après tout, ça n’était pas prévu non plus qu’ils aillent au trou. Et, puis c’est pas de ma faute en plus.

Jour J. Juste pour l’ambiance : mardi 10 janvier, 6h30, température proche de zéro, gare de l’Est. Afin d’éviter la population trop alcoolisée qui réside ici à cette heure matinale, je me mets au centre et tombe sur cette plaque qui reste de marbre devant moi qui ne demandais qu’une seule chose : un peu de chaleur.

« De 1942 à 1944 plus de 70 000 juifs de France dont 11 000 enfants ont été déportés des gares de Drancy, Bobigny, Compiègne, Pithiviers et Beaune-la-Rolande vers les camps d’extermination Nazis. Seuls 2500 d’entre eux ont survécu. N’oublions jamais ».

Le pompon !  Retour vers le futur…Moi, si c’est comme ça je ne prends pas le train là… Surtout pour aller dans… bon, je vais le dire à Charlotte, qu’il y a eu un problème, de, de …

J’ai envie d’insulter cette Nina Gary qui me pousse à faire des trucs pas possibles. Ce n’est pas parce qu’elle est vaillante que tout le monde est pareil et puis moi d’abord j’ai des gosses moi !

Avant d’appeler Nina ou Charlotte pour les prévenir, je prends quand même un café. Sauf que le numéro de quai s’affiche sur le panneau. Alors, je monte dans le train, parce que les panneaux c’est pas fait pour les chiens. Ni une ni deux me voici au pied du mur du centre pénitentiaire aux cotés de Marie, la responsable de la médiathèque.

On entre.  Contrôle des métaux, carte d’identité, troc de téléphone portable contre alarme en cas de problème. Sas de décompression, je rencontre l’association Dédale qui s’occupe de la vie culturelle en détention. La journée se passera en deux temps : une rencontre le matin avec une trentaine de détenus, puis l’atelier de 3h, l’après midi, pour lequel je ne sais toujours pas ce que je vais faire.

10h 30, on y va. La rencontre se passe dans la salle de culte à défaut d’autre espace.

Les différentes catégories de détenus hommes et femmes se retrouvent autour « des grandes et des petites choses ».

La responsable de la médiathèque, Marie, présente le livre en quelques mots.  Mais très vite les questions des détenus fusent malgré une confiance en eux entachée par leur vie.  La qualité du débat m’interroge sur ce qui se passe à l’extérieur en termes d’interview. Ici, un mot est un mot et chacun à un sens. Ici, y’a pas de temps pour le blabla, ils veulent connaître Nina au plus profond et pourquoi j’ai voulu écrire ? Pourquoi cette histoire ? Comment ? Jusqu’où ? Et surtout pourquoi je suis venue les voir ?

Pour ces personnes qui ont dû être questionnées à l’infini, interrogées à s’en taper la tête contre les murs, je ressens leur plaisir, cette fois, à être dans le rôle de « celui qui pose des questions », qui font avancer les enquêtes intérieures de tous.

Rejet, place, identité, religion, racisme, dépassement, symbole de vie, amour, caractère d’une auteure et comment le prend mon homme ? Est-ce que je le fais souffrir parce que j’écris dans un autre monde ?  … Nous sommes allés très loin sur le fond, la forme, la cohérence. Certains nouveaux arrivants n’ont pas pu encore lire ce roman, ils me font partager leur désir de l’avoir entre les mains. Contrat rempli pour la matinée.

photo-rk-sabine-2

C’est la pause bien méritée. J’entre dans le self-service avec la directrice et les membres de l’association ainsi que Marie. Heureusement qu’avec mon activité de comédienne, j’ai l’habitude des gens en costume. La cantine est remplie d’uniformes bleu-marine. Les chevaliers mangent avec les chevaliers, les infirmiers avec les infirmiers, les agents de l’administration pénitentiaire avec les agents de l’administration pénitentiaire, c’est comme ça sur les tournages.  « Vous avez le droit de prendre un fruit mademoiselle ! » « Pardon ? Ah oui, oui, merci »

Je prends mon orange parce que je trouve que ça allait bien dans le contexte pour en apporter une au moins.

Je ne suis pas sur un tournage.

Silencieuse, j’angoisse pour l’atelier, je sais qu’il faut faire quelque chose d’important, mais quoi ? C’est flou.

Fin de déjeuner et l’orange reste sur la table.

Mes quelques notes et moi on remonte. Les détenus que je sens motivés pour travailler s’installent. Et je pense à ma prison d’auteur, ma frustration de ne pas avoir le temps d’écrire assez, tout ce qui pollue ma vie pour le faire. Eux, ils ont ce temps mais n’ont pas la liberté mentale et pas de connexion pour trouver une méthodologie. Et c’est à ce moment là, lorsque les 6 détenus sont assis que je réalise que la seule chose importante que je puisse leur donner c’est les clefs. Mais évidemment !!!! Les clefs de la narration, comme Nina Gary a été ma clef, ma délivrance pour rentrer dans un autre monde, dans ma liberté absolue. Certes, il faut du courage pour se sentir libre malgré tout, mais l’impulsion est possible.

C’est parti. Je m’appuie sur mon roman pour donner les points qui me semblent fondamentaux à la construction d’un récit.

Objectifs : qu’ils sortent d’ici avec un héros, une histoire résumée en une phrase et le titre de leur roman.  Nous avons 3h.

Frappant de noter que ni les responsables de l’association, ni moi-même n’avons de montre… les détenus en ont tous une. J’ai 3 petites heures pour faire en sorte que ce temps qu’ils portent soigneusement à leur poignet soit désormais avec et non contre eux.

On travaille sur le héros : ses besoins, ses désirs, ses failles, ses valeurs, ses faiblesses. Sur l’adversaire aussi car il n’y a pas de personnage principal sans bataille contre un ennemi, qu’il soit incarné dans un personnage ou dans une notion comme pour Nina face à l’intolérance.

Au fil des tours de table, je rentre en proximité avec chacun d’eux et leur univers. La prison est un lieu de concentré de diversité inouï. Je ne connais ni leur crime, ni leur délit mais si les milieux sociaux et culturels sont très différents ils ont en commun l’intelligence de la remise en cause et de la réflexion, corollaire d’une souffrance inimaginable certainement.

Les heures passent, je fais l’expérience de la résilience au plus profond de moi. J’écoute les histoires de ces héros dont les auteurs comprennent progressivement que leurs désirs n’étaient pas leurs besoins, des héros trahis par eux même, faute d’avoir respecté des valeurs auxquelles ils croient. Une héroïne héroïnomane oui c’est possible. Mais je reprends toujours les rênes.

« Je veux des noms ! » Ils sursautent tous … je m’amuse et répète « Je veux les noms de vos héros, noms et prénoms. » Les tours de table s’enchainent. On rit, on est ému par les formules de chacun, on creuse, on cherche. Je vais jusque dans leur esprit pour décloisonner, tendre mes clefs. Je vous en prie prenez les !!

Il reste 10 minutes à la montre de chacun pour faire le dernier tour de table sur leur résumé.  Plus que 3 minutes pour les titres. On a tous des yeux avec des lumières dedans, on est surexcité. On est en vie !!

D’un coup, la porte s’ouvre, le gardien en bleu-marine entre. Je sais ce qu’il va dire et c’est là que j’aimerais vraiment lui demander s’il n’a pas trouvé une orange à la cantine ? S’il peut aller voir … parce que là … j’ai vraiment besoin de vitamine C et que… » Mais j’ai pas le temps.

« C’EST FINI » il dit !

Les lumières des yeux se tamisent. On se lève vers la porte tête baissée. Dans ce silence il y a tant de choses. L’espace de liberté mentale est palpable et nous l’avons ouvert et ne pouvons parler de peur de dévoiler notre secret. Ils me remercient et moi aussi.

Certains les larmes aux yeux me demandent la prochaine date de l’atelier…je ne réponds pas.

Nous traversons les bâtiments gris, individuellement ils rejoignent leur quartier mais moins seuls, leur héros est juste à côté d’eux. Nos chemins s’achèvent ici physiquement.

Rien ne sera plus jamais comme avant et mon esprit aura toujours une pensée pour eux et les histoires qu’ils peuvent désormais écrire.  Ils sont arrivés détenus, ils sont repartis auteurs de leur propre roman autant que de leur vie.

La gorge nouée, je me dirige vers la Gare, raccompagnée par Anne de l’association Dédale.

Mon train est dans une heure, je peux me réfugier dans la jolie brasserie sur la place devant la gare. Un chocolat chaud. C’est alors, qu’on me tapote dans le dos. Un peu atteinte de la journée je me retourne fébrile. « Bonjour je m’appelle Maxell. J’avais voté pour vous, je suis désolé de vous déranger … ». Finalement, Maxell m’a raccompagnée jusqu’au départ du train vers Paris Gare de l’Est.

Arrivée à la maison, dans le cocon, j’ai compris l’histoire de la salle de culte à la hauteur de cette journée.

Rachel.

Rachel Khan est l’auteure du premier roman « Les grandes et les petites choses » paru en janvier 2016. Voir les chroniques des lecteurs et la présentation de l’opération en milieu carcéral.

Publicités

Une réflexion sur “Aller-retour, par Rachel Khan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s