Vivre près des tilleuls – L’AJAR

Un premier roman étonnant, écrit par un collectif de jeunes écrivains suisses dont on admire au passage la prouesse qui ne nous est révélée qu’à la fin. Mais les lecteurs ont surtout été sensibles à l’écriture et aux émotions qu’elle suscite sur un thème fort et complexe, le deuil d’un enfant.

vivre-pres-des-tilleuls

« Ce récit des sentiments, pensées, attitudes par rapport aux apparences qu’il faut sauver ou entretenir à chaque phase est tout simplement troublant et plus qu’attachant. » – Un coup de cœur pour Olivier (billet complet ici)

« Ne disons rien de la « fabrication » dudit premier roman et lisez-le comme n’importe quel autre livre. N’ayez pas peur du sujet : le deuil d’une mère car Esther Montandon est un personnage unique et universel à la fois, dont la langue en soi simple sans fioriture, touche au cœur et nous la laisse apparaître telle une femme, écrivain, se débattant avec l’irréductible souffrance de la perte de sa fille Louise. N’omettons pas cependant de préciser que Vincent König, celui par lequel sont exhumés ses notes, ses archives, ce récit d’un « journal de deuil » jamais publié, qui porte le titre de « Vivre près des tilleuls » nous permet d’appréhender un corps en mouvement, une pensée en action, un être en souffrance dont les événements de la vie, avant, pendant et après l’effroyable nouvelle structurent le livre. Tout y est oscillant entre passé et présent, de la conception de l’enfant, cette envie de maternité, les heures heureuses de la naissance et la très courte vie de Louise (octobre 56 à avril 60) jusqu’à ce terrible accident (à peine esquissé) puis le « travail » de deuil. De courts chapitres tout en subtilité et en justesse affirmées où chaque moment de la douleur est décomposé, scruté sans recourir aucunement à la psychologisation. On se sent proche d’elle, entièrement, on pleure avec elle, on ne fait qu’un avec sa vision du manque et de la douleur et on la comprend, ô combien, pour finir par apprendre qu’ils sont 18 jeunes auteur(es) suisses à s’être attelés à la tâche de nous convaincre que la « Fiction n’est absolument pas le contraire du réel ». Mais était-il besoin de le revendiquer ou bien la question est mal posée ? L’AJ.A.R (référence au canular littéraire créé de toute pièce par Romain Gary sous le pseudonyme de Emile AJAR) multiplicité d’écritures et d’auteurs a réussi un exploit : mettre au pas une écriture d’une fiction totale à plusieurs mains pour une déclaration d’amour à la littérature. Une réussite que j’applaudis des 2 mains ! » – Cécile Rol Tanguy

« J’ai été bouleversée par l’émotion de cette lecture, la justesse des mots employés, la sensibilité avec laquelle est abordé le sujet du deuil. » nous dit TLivresTArts (billet complet ici)

« Même si la démarche et les justifications finales des auteurs sont intéressantes ce n’est pas le plus important pour moi. En effet ce sont plutôt la beauté du texte et la puissance des sentiments tels qu’ils sont retranscrits qui m’ont beaucoup plu. L’évocation de la grossesse et celle de la naissance sont très belles et justes. Grâce à dieu je n’ai pas vécu le deuil tel que celui d’Esther mais j’étais en empathie avec elle au fil des chapitres, les mots sont justes, sensibles et beaux. Pour une première œuvre collégiale c’est une belle réussite à mon sens. » – Frédérique Camps

Et aussi :

Sabine : http://lecarrejaune.canalblog.com/archives/2016/10/25/34480972.html

Joëlle : http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2016/11/vivre-pres-des-tilleuls-dajar.html

Benoît : https://alombredunoyer.com/2016/11/13/vivre-pres-des-tilleuls-ajar/

Eimelle : http://lecture-spectacle.blogspot.fr/2016/10/vivre-pres-des-tilleuls-de-lajar.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s