Celui-là est mon frère – Marie Barthelet

Conte ? Fable ? Universel ou contemporain ? Ce roman peut se vivre et se penser de différentes façons selon la propre expérience du lecteur. Il a en tout cas su capter l’intérêt des lecteurs par son ambiance particulière et son propos qui fait tellement écho à l’actualité.

celui-la-est-mon-frere

« Deux frères élevés ensemble, dans l’intimité complice de leur enfance, indissociablement unis par le choix qu’ils ont fait de s’aimer… inséparables, à la vie, à la mort. Le sang qu’ils ne partagent pas par la naissance ils l’ont échangé dans une blessure consentie, comme le symbole de ne rester qu’un sous deux âmes. Mais l’un était fils de roi et l’autre était fils de rien… Brutalement devenus étrangers l’un à l’autre, séparés par leur condition, par les générations qui se sont succédé pour les placer chacun à sa place, les voilà ennemis lorsque le récit commence… ennemis à la vie, à la mort. C’est toute l’histoire que nous raconte le narrateur, fils légitime devenu chef d’état, au fil d’une alternance de réminiscences nostalgiques et de récit au présent. Avec une tristesse lancinante, il évoque le passé, la douleur de l’absence et l’éloignement de l’Autre, son frère adopté. Il raconte cette déchirure de l’amour entre deux êtres, deux vies, deux peuples, et la guerre déclarée par celui-là qui est son frère mais qui porte une autre histoire. Marie Barthelet entremêle conte, récit biblique, légendes et mythes dans ce roman où la parole devient si envoûtante, si pénétrante, qu’elle prend en charge toute la douleur du monde actuel. Car l’écho de cette histoire à l’espace-temps indéfini n’en finit pas de résonner aujourd’hui dans chaque lieu où l’Étranger, l’Autre est aussi le frère tant aimé. Et les images du présent sont venues se superposer à ma lecture. Est-il Palestinien, ce frère hilote ? Intouchable en Inde ? Kurde en Syrie ? Arménien en Turquie ? SDF à Paris ou migrant en Europe ? Les nuances de l’écriture marient l’ampleur d’un récit épique au sourd chagrin d’une élégie et c’est juste magnifique. » – Sophie Gauthier

« Ecrire ce billet un soir de vote est déjà quelque chose d’éminemment politique. Ecrire sur ce roman est quelque part déjà un geste revendicatif, universel, intemporel, citoyen.
Car « Celui est mon frère » de Marie BARTHELET ne peut laisser indifférent dans ce monde où la notion d’Etat, de Royaume, de Dictature est fortement chahuté, mis en balance, où la montée de groupes crépusculaires, de notion d’un peuple qui se galvaude, de replis identitaires, de misères sociales, de guerres, de révoltes, de stratégies politiciennes, lire ce roman est oui une notion qui résonne dans nos âmes et corps bien emmitouflés derrière des idéaux et des bandeaux brandis aux frontons des palais.
Mais ne prenons pas non plus ce roman pour un message socio-historico-politique. Non. Marie Barthelet a écrit ce quelque chose qui vient nous chercher, nos interroger sur notre histoire, nos consciences. «  nous dit Sabine sur son blog (lire son billet complet)

« Il y a là une très très belle plume. « Celui-là est mon frère » : comme une sentence du destin… Entre le conte et la tragédie, Marie Barthelet nous plonge dans l’histoire de deux frères, non pas de sang, mais de cœur, qui ont grandi ensemble, jusqu’à l’amour fraternel le plus fort. Mais le second, l’illégitime, à la suite d’un événement qui sera comme un électrochoc, quittera brutalement le palais pour retrouver les rebelles en guerre contre le souverain. Une disparition de plusieurs années, puis une réapparition soudaine qui sèmera le chaos le plus total, entre les plaies d’Égypte, la terreur, la guerre et la folie. On peut regretter que l’auteure n’ait pas tranché réellement pour une époque, car après avoir l’intuition d’un conte oriental ou d’une tragédie grecque, nous comprenons que nous sommes dans un monde contemporain, ce qui dessert l’histoire en lui faisant perdre un peu de force. Pas réaliste, mais pas vraiment magique non plus… Reste que c’est un texte fort bien écrit, et que Marie Barthelet est ce que j’appelle une vraie auteure… » – Amélie Muller

Et quelques chroniques publiées sur les blogs des lecteurs :

Joëlle : http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2016/09/celui-la-est-mon-frere-de-marie.html

Laure : http://www.lesjardinsdhelene.com/2016/09/celui-la-est-mon-frere-marie-barthelet.html

Virginie : http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2016/09/16/34315852.html

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s